Lorsqu’on parle de road trip en Islande, on pense de suite à la mythique route 1. Longue de 1 339 kilomètres, elle fait le tour du pays en passant près de nombreux sites touristiques.

Nous allons enfin nous aventurer sur cette route 1, pour découvrir des cascades et sites magnifiques. Même si parfois nous nous en éloignerons un peu, cette route sera notre fil rouge jusqu’à la fin de ce vantrip.

L’Islande en van – Road trip de 15 jours sur la route 1 – Chapitre 3 « La découverte de la route 1 »

Précédemment…
Avec Julien, nous réalisons un road trip de 15 jours en Islande à bord de Myrtille, notre super van Campeasy.
Après la découverte du Cercle d’Or, nous avons fait un détour par les îles Vestmann pour visiter Heimaey. De retour sur l’île principale, nous allons découvrir la fameuse route 1…

Dans cette étape

Nous allons en prendre pleins les yeux ! Pas moins de 3 cascades pour attaquer cette route 1 ! Seljalandsfoss, Gljúfrabúi et Skógafoss. Une randonnée jusqu’à l’épave de l’avion DC-3, puis le point de vue de Dyrhólaey, avant la découverte de Black Sand Beach, et une fin de journée à Fjaðrárgljúfur.

Jour 4 (Suite) – Lundi 25 avril
38km

La route 1

En quittant le ferry, on roule quelques kilomètres pour rejoindre la route 1.

La route 1 est la principale route d’Islande, avec ses 1339 kilomètres. Également appelée route circulaire, elle fait le tour du pays en suivant (plus ou moins) la côte.

On part en direction de l’est pour découvrir toute la côte sud de l’Islande. Mais à peine sur la route 1, on effectue déjà notre premier arrêt pour découvrir deux incroyables cascades.

Seljalandsfoss

De loin, la cascade de Seljalandsfoss, avec ses 65 mètres de haut, est impressionnante. On s’approche un peu pour la découvrir, et on se retrouve rapidement trempés. On retourne donc au van pour s’équiper avec les vêtements étanches, protections de pluies pour les sacs à dos, et de quoi protéger l’appareil photo.

Cette cascade offre de multiples points de vue, et a une particularité : on peut passer derrière ! Ce qui offre une vue unique, et des couleurs magnifiques si vous y allez au soleil couchant.

Cascade Seljalandsfoss
Parking payant – 700 ISK (5€)
Localisation cascade / Localisation Parking

Cascade Seljalandsfoss
L’impressionnante cascade Seljalandsfoss
Cascade Seljalandsfoss
Une des seules cascades en Islande où on peut passer derrière !

Gljúfrabúi

A quelques centaines de mètres de Seljalandsfoss, on trouve une grotte, dans laquelle on peut s’aventurer (avec des chaussures étanches), pour y découvrir une autre cascade, Gljúfrabúi.

On a adoré cette cascade, cachée au fond de cette grotte, comme à l’abris des regards. Je passe un moment à admirer la beauté du lieu, puis Julien me rejoint. On prend alors quelques photos, rapidement pour éviter de trop mouiller les appareils.

Cascade Gljúfrabúi
Parking payant (le même que Seljalandsfoss) – 700 ISK (5€)
Localisation cascade / Localisation Parking

Cascade Gljúfrabúi
Au fond d’une grotte se cache la cascade Gljúfrabúi

Une nuit au camping qui se mérite…

Cela fait deux nuits que nous dormons dans des campings fermés. Ce n’est pas gênant en soi, mais ce soir on a bien envie d’une (vraie) bonne douche chaude et de quoi faire la vaisselle.

Direction donc le Hellisholar Cottages ! Même s’il nous faut retourner un peu en arrière, il semble offrir tout le confort dont on a besoin ce soir. Je mets l’adresse sur Google Maps, je lance le guidage… Sauf que l’application nous fait couper par une route, la 250, non pavée. Cette route est horrible avec le van ! On roule à 10km/h, et on a l’impression qu’on ne va jamais arriver… Je commence à perdre patience.

Quand enfin on arrive au camping, je suis ravi d’y trouver un bel emplacement dans l’herbe, un coin sanitaire propre et chauffé. Et avec la longue journée qu’on vient de passer, et cette mauvaise route, on a un peu la flemme de cuisiner, et on s’offre donc des bons petits burgers au restaurant du camping.

Camping Hellisholar Cottages
4 800 ISK (35€) pour un van et 2 adultes
Localisation camping

Jour 5 – Mardi 26 avril
277km

Épave de l’avion DC-3 sur la plage de Sólheimasandur

On se lève un peu plus tôt que d’habitude ce matin. On a un peu de route à faire (surtout que je veux éviter la 250 !) pour rejoindre notre premier spot de la journée. On veut arriver assez tôt pour essayer d’être seuls et faire de belles images…

Le mercredi 21 novembre 1973, un avion de la marine américaine, qui survole l’Islande dans le cadre des accords de défense (l’Islande est membre de l’OTAN), s’écrase sur la plage de Sólheimasandur. Cet avion, c’est un Super DC-3.

Les années ont passé, et l’épave de l’avion est restée sur cette plage, offrant un site et un décor unique. C’est cet avion que l’on va aller voir.

Julien avait hâte de découvrir le DC-3, et c’est pourquoi nous voulions y aller tôt, pour pouvoir faire pleins de photos avant qu’il n’y ait trop de monde. On arrive au parking (payant) et c’est parti pour la randonnée.

Le trajet pour aller jusqu’à l’avion est assez monotone… Une longue route, en ligne droite, avec rien à l’horizon, pendant de longues minutes… Au bout de 45 minutes de marche, on arrive enfin à l’avion. Celui-ci apparait vraiment qu’au dernier moment dans le décor, c’est assez surréaliste.

Une fois sur place, on est seuls, face à cette épave du DC-3. On le filme, on le photographie, en long en large et en travers. On a l’impression d’être dans un autre monde, dans un décor de cinéma.

DC-3 sur la plage de Sólheimasandur
Julien, heureux d’être arrivé jusqu’au DC-3

J’en profite pour sortir mon drone (enfin !). Car entre les parcs nationaux, les lieux touristiques interdits au drones… je n’en ai pas encore beaucoup fait.

DC-3 sur la plage de Sólheimasandur
Un peu de hauteur avec le drone

Vers 10h15, un bus débarque sur la plage. C’est la navette pour les personnes qui ne souhaitent pas faire la randonnée à pied depuis le parking. Elle dépose plusieurs touristes qui arrivent pour prendre pleins de photos. Nous n’avons plus l’avion pour nous, il est temps de prendre le chemin du retour.

Randonnée du DC-3 Plane Wreck
7km A/R – 40m dénivelé
Parking payant – 1 093 ISK (8€) – Compter 2h de visite
Je vous conseille d’y aller tôt le matin, ou en fin de journée. Ne vous aventurez pas en dehors du sentier balisé, ou si le temps est trop mauvais.
Localisation avion / Localisation parking / Voir la randonnée sur Strava

DC-3 sur la plage de Sólheimasandur
A l’intérieur, le temps s’est arrêté
DC-3 sur la plage de Sólheimasandur
L’avion rien que pour nous avant que d’autres curieux n’arrivent

Vous aimez mes articles ? Retrouvez-moi sur les réseaux !

Skógafoss, la belle cascade au bord de la route 1

En voulant aller tôt au DC-3, on est passé le matin devant Skógafoss, sans s’y arrêter. On revient donc un peu sur nos pas sur la route 1 avec le van pour découvrir cette impressionnante cascade.

On arrive en fin de matinée, et il y a du monde ! Du parking, on se rend déjà compte de la puissance de la cascade. Comme pour Seljalandsfoss la veille, on est vite trempés en s’approchant. Je m’amuse à aller au plus près du mur d’eau pour me rendre compte de sa force, avec ses 62m de haut et 25m de large.

Skógafoss
Julien devant la puissance de Skógafoss

Autre particularité, un sentier avec un escalier permet de monter au sommet de la cascade. Si la montée est un peu sportive, on est récompensés par la vue magnifique. On arrive alors sur un plateau, où coule la rivière qui donne naissance à la cascade. En remontant un peu, on découvre d’autres cascades, plus petites. Il est possible de continuer sur ce sentier pour une longue randonnée, mais nous n’avons pas le temps de la faire.

Skógafoss
La chute vue d’en haut
Skógafoss
En suivant le sentier, on découvre d’autres (plus petites) cascades

Nous redescendons au van pour manger. Ce midi, des noodles feront l’affaire devant cette vue magnifique.

Cascade Skógafoss
Ouvert 24/24h – Parking gratuit
Localisation cascade / Localisation Parking

Skógafoss
Repas avec vue sur Skógafoss

Dyrhólaey

Après avoir repris des forces, on reprend la route 1. Et on va se rapprocher de la côte…

Premier arrêt, le cap de Dyrhólaey, la pointe la plus méridionale de l’Islande. Désormais, la route 218 permet d’accéder jusqu’au phare de Dyrhólaey facilement avec un van ou un autre véhicule de tourisme.

D’en haut, on a une vue magnifique sur l’arche du cap, et sur la côte.

Dyrhólaey
Parking gratuit
Localisation parking

Dyrhólaey - Phare
Le phare de Dyrhólaey
Dyrhólaey
Depuis Dyrhólaey, la vue est magnifique

Reynisfjara – Black Sand Beach

On redescend, direction la plage, et pas n’importe laquelle ! La célèbre plage de sable noir, la Black Sand Beach. Le lieu est très connu et très fréquenté, car c’est tout simplement l’une des plus belles plages au monde. Il ne faut pas le confondre avec la Diamond Beach que nous visiterons demain.

On arrive en milieu d’après-midi. Il fait beau, la mer est calme… De quoi bien profiter du lieu !

L'Islande en van - Étape 3 - Le sud de l'Islande le long de la route 1 2
La célèbre plage de sable noir !
Reynisfjara - Black Sand Beach
Entre mer et terre…

Caves Hálsanefshellir

Sur cette plage de Reynisfjara, on trouve également deux caves, Hálsanefshellir.

Caves Hálsanefshellir
Une des deux caves Hálsanefshellir

Ces caves sont à la fois mystérieuses et singulières. Elles sont composées de piliers en basalte, qui peuvent mesurer jusqu’à 20 mètres de hauteur. On a l’impression d’être devant un orgue.

Reynisfjara (Black Sand Beach) et Hálsanefshellir
Parking gratuit
Ces lieux peuvent être dangereux. Ne vous approchez pas du bord en cas de mer agitée, et éviter de monter sur les colonnes en basalte.
Localisation Reynisfjara / Localisation Hálsanefshellir / Localisation Parking

Caves Hálsanefshellir
Au-dessus de nos têtes, des piliers en basalte
Reynisfjara - Black Sand Beach
Une impression de marcher sur la lune

Église de Vik

On reprend la route 1, et on effectue un arrêt (très) rapide à l’église de Vik pour prendre quelques photos.

Eglise de Vik
Église de Vik

Fjaðrárgljúfur

La route 1 nous éloigne un peu de la côte, puis on la quitte quelques instants pour prendre la route 206 et se rendre à Fjaðrárgljúfur.

Fjaðrárgljúfur est un canyon, avec des gorges pas forcément très profondes, mais très belles. Un sentier permet de longer le canyon, et le découvrir d’en haut. Les couleurs sont magnifiques.

Fjaðrárgljúfur
Fjaðrárgljúfur, un canyon aux très belles couleurs

Là aussi, j’en profite pour sortir le drone. Malheureusement, le soleil commence à être bas et se cacher derrière les montagnes, ce qui diminue la luminosité pour faire de belles images.

Fjaðrárgljúfur
Parking gratuit
Localisation parking

Fjaðrárgljúfur drone
Un peu de hauteur pour finir la journée

A la découverte de la « Terre de glace »

En 24 heures, on en a déjà pris pleins les yeux sur cette route 1. Et ce n’est que le début… On prend la direction du camping pour passer la nuit. Ce soir, on a prévu de dormir dans un parc national, tout près de notre lieu de rendez-vous du lendemain. On programme, une randonnée sur l’un des plus grands glaciers d’Europe, et la découverte de Jökulsárlón.

Découvrez l’étape 4

Vous aimerez aussi


Certaines photos de cet article ont été prises par Julien.
N’hésitez pas à visiter son Instagram pour découvrir son univers et le soutenir.

Une question, un commentaire ?

Pas de panique, votre mail restera privé 🙈